Jeunes Ailes

Bienvenue sur le forum Jeunes Ailes !

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre notre forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.

Bonne visite et à bientôt.

L'équipe Jeunes Ailes

Discovery prête à rentrer sur Terre

Julien
Julien
Team Jeunes Ailes
Team Jeunes Ailes

Masculin Nombre de messages : 3374
Age : 32
Localisation : Check your six !
Date d'inscription : 31/10/2004

Discovery prête à rentrer sur Terre Empty Discovery prête à rentrer sur Terre

Message  Julien le Jeu 4 Aoû 2005 - 21:34

La Nasa a jugé jeudi Discovery apte à rentrer sur Terre sans nouvelles réparations tandis que son équipage a achevé le transfert de provisions vers la Station spatiale internationale (ISS) et son nettoyage avant le désarrimage prévu samedi.
"Nous avons donné le feu vert à Discovery pour le retour", a déclaré Wayne Hale, directeur-adjoint du programme des navettes à la Nasa.

Discovery prête à rentrer sur Terre 123816main_image_feature_376_ys_4

Les sept astronautes de Discovery, qui doivent se poser lundi au centre Kennedy près de Cap Canaveral (Floride, sud-est), ont laissé le maximum de réserves aux deux résidents de l'ISS qui pourraient ne pas voir d'autres navettes pendant de longs mois. Ils ont également retiré du laboratoire orbital tous les déchets et équipements qui l'encombraient.
Discovery est la première navette à rendre visite à l'ISS depuis l'accident de Columbia en 2003. Mais la Nasa a averti qu'elle ne mènerait pas d'autres missions tant qu'elle n'aurait pas réglé le problème de l'isolant qui s'est détaché du réservoir de la navette au lancement le 26 juillet. Des débris identiques avaient causé la mort des sept astronautes de Columbia.

Discovery prête à rentrer sur Terre 124265main_fd7_s114e5979_low

Des morceaux d'isolant frappant Discovery au décollage ont endommagé une couverture thermique protégeant l'une des fenêtres du cockpit, conduisant la Nasa à envisager une nouvelle sortie dans l'espace.
Mais les responsables du vol ont conclu jeudi que l'isolation thermique de cette fenêtre était toujours suffisante et que les morceaux de cette couverture pouvant se détacher et venir frapper la navette pendant sa rentrée dans l'atmosphère étaient trop légers pour endommager Discovery.

"Nous avons de bonnes nouvelles. Les responsables du vol viennent de conclure que la couverture sous la fenêtre est sûre pour un retour. Pas de problème. En résumé, pas de quatrième sortie dans l'espace", a annoncé le centre de contrôle de la mission à Houston (Texas, sud) à l'équipage.
"Pas de quatrième sortie, c'est ce que j'appelle une bonne nouvelle", a répondu l'astronaute japonais Soichi Noguchi, l'un des sept membres d'équipage de Discovery, qui a pris part aux trois sorties dans l'espace de cette mission.
"Nous pensons que le risque est faible, le remède serait pire" que le mal, a expliqué M. Hale. Selon lui, les tests effectués ont montré que "rien ne se détachera ou que les morceaux seront extrêmement petits". Cette conclusion est "le résultat d'un énorme effort" de mobilisation des experts de la Nasa, a-t-il souligné.

Discovery prête à rentrer sur Terre 124382main_fd8_iss011e11403_low

Mercredi, la Nasa s'était livrée à une réparation improvisée dans l'espace avec l'intervention de l'astronaute américain Steve Robinson, assisté de Noguchi, envoyé sous la navette pour retirer deux petites cales mal fixées entre les tuiles thermo-protectrices, qui auraient pu créer turbulences et surchauffe durant la rentrée dans l'atmosphère.
Une large partie de la mission de 13 jours de Discovery a été consacrée aux inspections pour s'assurer que les débris arrachés du réservoir au lancement n'avaient pas endommagé la navette, permettant un retour sur Terre en toute sécurité.
Mais, selon des documents internes de la Nasa publiés jeudi par le New York Times, l'agence spatiale avait été avertie en décembre 2004 que la façon dont l'isolant était appliqué sur le réservoir externe continuait de présenter un risque pour la mission, malgré les 200 millions de dollars dépensés pour régler le problème de l'isolant.

Discovery prête à rentrer sur Terre 124651main_fd9_s114e6642_low

"La menace de survenance de débris dangereux demeurera" pour le vol, pouvait-on lire dans ce rapport écrit par Conley Perry, ingénieur de la Nasa à la retraite. Son analyse a été confirmée par les faits. Un morceau d'isolant de plus de 500 grammes s'est détaché du réservoir au lancement. Par chance, il n'a pas heurté Discovery.

Bonne chance à toi Discovery et à tes 7 astronautes pour votre retour sur Terre. salut

Discovery prête à rentrer sur Terre 10-discovery


source : NASA


_______________________________________
Faire du ciel le plus bel endroit de la Terre
www.jeunes-ailes.asso.fr
www.volmontagne.com
www.air-films.com
www.vimeo.com/airfilmsfr
clint11
clint11
Fanatique

Nombre de messages : 354
Localisation : gap (aérodrome de tallard)
Date d'inscription : 09/01/2005

Discovery prête à rentrer sur Terre Empty Re: Discovery prête à rentrer sur Terre

Message  clint11 le Ven 5 Aoû 2005 - 0:08

Excellent merci julien pour tes Infos qui sont je trouve, super intérrésantes.

PS: J'aime bien les coiffures des dames Astronautes.... etrh
Julien
Julien
Team Jeunes Ailes
Team Jeunes Ailes

Masculin Nombre de messages : 3374
Age : 32
Localisation : Check your six !
Date d'inscription : 31/10/2004

Discovery prête à rentrer sur Terre Empty Re: Discovery prête à rentrer sur Terre

Message  Julien le Sam 6 Aoû 2005 - 18:21

L'équipage de la navette Discovery a donc fait ses adieux aux deux astronautes de la station spatiale internationale.

Après les embrassades et la fermeture des écoutilles, la navette a reculé d'une centaine de mètres de son point d'arrimage, et a effectué un "tour d'honneur" autour de l'ISS.

Discovery prête à rentrer sur Terre 06midi-discovery

Puis le pilote Jim Kelly a remis les gaz et repositionné la navette dans l'axe pour son retour prévu lundi, en Floride, c'est un plongeon à haut risque.

"Faire une rentrée dans l'atmosphère n'est pas ce que des gens normaux et sains d'esprit appelleraient sûr, ce n'est jamais à 100% sûr", convenait récemment Wayne Hale, directeur-adjoint du programme de la navette à la Nasa.

Le signal du grand plongeon est donné une heure avant l'atterrissage par un petit coup de frein résultant de l'allumage pendant trois minutes des deux petites fusées de manoeuvre en orbite. La navette se trouve alors au-dessus de l'océan Indien, aux antipodes du Centre spatial Kennedy, près de Cap Canaveral.

La décélération d'environ 300 km/h, alors que la navette est encore lancée à près de 29.000 km/h, est suffisante pour la faire décrocher de l'orbite et débuter le plongeon.
Les couches supérieures de l'atmosphère commencent à se faire sentir 25 minutes plus tard, à 129 km d'altitude et plus de 8.000 km de la Floride. La navette perd alors de l'altitude au rythme de 9 km par minute. Sa transition est en cours, elle n'est plus un vaisseau spatial.

"On a pas le droit à l'erreur, avec ce qui n'est plus qu'un gros planeur", a commenté vendredi Paul Hill, l'un des directeurs du vol de Discovery.
Ventre face à la Terre, cabrée à 40 degrés, la navette poursuit son plongeon. Son angle d'attaque lui permet de pénétrer dans les couches les plus denses de l'atmosphère. Un angle plus faible la ferait ricocher telle une pierre sur un plan d'eau. Un angle plus élevé lui ferait prendre trop de vitesse et surchauffer. La moindre erreur de calcul serait fatale.
A une trentaine de minutes de l'atterrissage, Mach 25 et à 85 km d'altitude, les quatre "élevons" à commande hydraulique commencent à devenir efficaces.
Situés sur le bord arrière des ailes, ces surfaces remplissant le rôle des ailerons sur les avions permettent à la navette de débuter une série de grands virages allant jusqu'à 80 degrés d'inclinaison, pour ralentir la navette tout en augmentant son taux de descente.
A 26 minutes de l'arrivée, la navette est encore en vol hypersonique, à Mach 19. Les tuiles thermo-protectrices de son ventre et les plaques de carbone sur le bord des ailes et le nez la protègent des frictions de l'air qui atteignent leur température maximum de 1.650 degrés.
Une brèche dans ce bouclier avait causé la désintégration de Columbia en 2003, à 16 minutes de l'atterrissage, alors qu'elle se trouvait à 61 km d'altitude à 2.254 km de la Floride. Sa vitesse était de 21.252 km/h (environ Mach 19). Elle était en train d'effectuer un virage, inclinée à 57 degrés.
A 10 minutes de l'arrivée, la navette file encore à Mach 7,3 (environ 10.000 km/h) à 43 km d'altitude. Deux minutes plus tard, à Mach 5, la navette devient contrôlable par le pilote, à 36 km d'altitude.

Quatre minutes avant l'arrivée, à 40 km de Cap Canaveral, la navette passe sous le mur du son (Mach 0.9). Le pilote aligne la navette sur la trajectoire finale, par un long virage à 360 degrés.

A une minute et 30 secondes de l'atterrissage et 4.500 m d'altitude, la navette file vers la piste située à 10 km, à 518 km/h. En phase d'approche finale, la navette descend vers la piste environ 20 fois plus vite qu'un avion de ligne.
A 33 secondes et 600 m d'altitude, la navette cabre le nez pour la dernière manoeuvre de freinage aérodynamique.
A 20 secondes et 100 m d'altitude, le train d'atterrissage est sorti.

A 10 secondes, la navette franchit le seuil de la piste d'atterrissage.
Au contact du train arrière avec la piste, à 354 km/h, les freins aérodynamiques sont déployés au maximum. Le parachute est ouvert. Le pilote abaisse le nez de la navette pour poser le train avant. Les freins sont appliqués. Le parachute, devenu inutile, est largué. La navette s'immobilise.


_______________________________________
Faire du ciel le plus bel endroit de la Terre
www.jeunes-ailes.asso.fr
www.volmontagne.com
www.air-films.com
www.vimeo.com/airfilmsfr


    © 2004-2018 Jeunes Ailes ® - Tous droits réservés | Powered by Invision © | Designed by Invision & Jeunes Ailes | Statistiques | Team JA | Contact
    La date/heure actuelle est Mer 20 Nov 2019 - 1:15