Jeunes Ailes

Bienvenue sur le forum Jeunes Ailes !

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre notre forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.

Bonne visite et à bientôt.

L'équipe Jeunes Ailes

Les enfants du Petit Prince saluent Jean Mermoz

Partagez
avatar
Julien
Team Jeunes Ailes
Team Jeunes Ailes

Masculin Nombre de messages : 3341
Age : 31
Localisation : Check your six !
Date d'inscription : 31/10/2004

Les enfants du Petit Prince saluent Jean Mermoz

Message  Julien le Mer 5 Oct 2005 - 8:30

Les enfants du Petit Prince saluent Jean Mermoz



Lorsque l'on arrive à Saint-Louis-du-Sénégal, plus que la chaleur poisseuse qui balaye l'île entre océan atlantique et fleuve Sénégal, plus que les clameurs d'une foule colorée ou l'insistance de vendeuses en boubou, c'est le charme indolent de la plus française des villes africaines, ancienne capitale de l'AOF, qui prend à la gorge et au cœur. Un charme nimbé de nostalgie car c'est ici, dans cette ville à l'architecture coloniale désormais classée au patrimoine mondial de l'Unesco, que s'est écrite l'une des plus belles pages de l'aéronautique : celle de l'aéropostale.
Quelque quatre-vingts ans après, rien n'a été oublié de ces pionniers qui prenaient leurs quartiers à l'hôtel de la Poste, quasi inchangé. Les affiches léchées de « La Ligne », telle qu'imaginée par Pierre-Georges Latécoère, ornent commerces, restaurants ou hôtels, les petits vendeurs proposent mille et une maquettes sommaires des avions de légende (Breguet, Latécoère, etc.) et il n'est pas rare de croiser des Saint-Louisien qui, avec fierté, vous raconteront par le menu les exploits de Jean Mermoz.
Mermoz justement était à l'honneur ce dimanche grâce à l'association toulousaine « Mémoire d'aéropostale » qui s'est lancée l'année dernière dans la formidable opération « Des musées sur la ligne. » Celle-ci a d'ores et déjà permis de créer, entre autres, un musée Antoine de Saint-Exupéry à Tarfaya (Cap Juby). Cette année, ces enfants du Petit Prince ont voulu honorer Jean Mermoz à Saint-Louis. Le musée avait été lancé en 2004 dans des locaux provisoires. Il est désormais accueilli dans des locaux du syndicat d'initiative, rénovés grâce à l'association.
Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, et Ousmane Masseck Ndiaye, ministre du tourisme et maire de Saint-Louis, ont signé dimanche une convention de partenariat.
« L'un de nos objectifs prioritaires est que nous voulons que les populations locales s'approprient ces musées », explique Catherine Gay, présidente de « Mémoire d'aéropostale. »
« ILS TRAÇAIENT LES ROUTES DU CIEL »
L'association garde un droit de regard bien naturel pour assurer une cohérence d'ensemble, mais elle souhaite une implication locale. Un pari déjà réussi, à Tarfaya par exemple, où des témoignages ont commencé à arriver, notamment des familles des interprètes employés par les pilotes. « Aux débuts, les avions avaient beaucoup de faiblesse alors le transport du courrier se faisait avec deux avions : l'un avec un pilote et un interprète ; l'autre avec un pilote et le courrier. L'important était que le courrier arrive. Lorsque les avions ont gagné en fiabilité, la doublure n'était plus nécessaire », explique Dominique Joly, secrétaire général de l'association, incollable sur l'histoire de l'aéropostale.
Les témoignages recueillis à Tarfaya corroborent bien sûr la bravoure des pionniers. « Ce qu'ils ont fait est inouï », confirme Marie-Vincent Latécoère, belle-fille de Pierre-Georges Latécoère, qui a participé pour la première fois cette année au rallye aérien Toulouse-Saint-Louis à bord d'un « teuf teuf. » « Les hélices étaient rongées par la pluie, il a fallu les renforcer ; ils se faisaient tirer dessus par les Maures, etc. C'était de la folie. Mais c'est ça aussi qui les excitait. Ils traçaient les routes du ciel… ». Grâce à « Mémoire d'aéropostale », ces routes du ciel tracent leurs sillons dans plusieurs musées. Bénéficiant d'éléments communs, ils seront amenés à se personnaliser. A Saint-Louis, les visiteurs, accueillis par des guides, découvriront une riche exposition, des maquettes, des documents audiovisuels. Tout pour comprendre comment Latécoère, Bouilloux-Lafont, Saint-Ex, Mermoz et les autres ont réalisé l'impossible.


LE PLUS GRAND RALLYE AÉRIEN AU MONDE S'ACHÈVE CE VENDREDI À TOULOUSE.

Le Toulouse-Saint-Louis sur la trace des pionniers
Épuisés mais heu-reux, les participants du XXIIIe rallye aérien Toulouse-Saint-Louis-Toulouse, ce raid, le plus long du monde, avec 10 000 km de distance. A l'arrivée à Saint-Louis, les mots manquaient aux pilotes pour décrire les émotions ressenties tout au long de la route mythique. Un rallye aérien qui est pour beaucoup de ces passionnés l'aboutissement d'un rêve. « Cela fait trois ans que nous cherchions un sponsor », explique ainsi Martine Gay, qui a monté avec son amie Catherine Denis Van de Velde, le seul équipage féminin de la course, classé 5e à Saint-Louis. « L'histoire de l'aéropostale, c'est mythique. Refaire le parcours, être à l'hôtel de la Poste, c'est beaucoup d'émotions. Ce qu'ils ont fait est surhumain », commente Martine Gay.
Yves Panetier, lui, a terminé à la première place à Saint-Louis bien que malade comme un chien. « Mais on n'abandonne pas son équipage. Sur La Ligne, ça ne s'est jamais fait », explique le pilote qui a pris sur lui pour conduire son Ville de Melun en tête de la course. L'esprit des pionniers sans nul doute…
« Les difficultés de ce rallye ? Dormir 6 à 7 heures par nuit ; ne pas tomber malade et bien préparer ses vols », explique Claude Koenig, doyen de la course qui accuse rien moins que 22 000 heures de vol. « J'ai toujours aimé voler. Je vole depuis l'âge de 16 ans, j'en au 70 », lâche modestement le pilote qui, après une carrière dans l'armée, puis à Air France pendant 35 ans, est aujourd'hui instructeur de vol dans un aéro-club. « Refaire le parcours de La Ligne, c'est très émouvant, ça rappelle plein de souvenir sur cette épopée extraordinaire », résume Claude Koenig, qui serait partant pour faire le parcours à bord d'avions s'approchant le plus de ceux qui étaient utilisés jadis.
Le rallye aérien prendra fin ce vendredi à Toulouse à l'aérodrome de Lasbordes.

Philippe Rioux


_______________________________________
Faire du ciel le plus bel endroit de la Terre
www.jeunes-ailes.asso.fr
www.volmontagne.com
www.air-films.com
www.vimeo.com/airfilmsfr


    © 2004-2018 Jeunes Ailes ® - Tous droits réservés | Powered by Invision © | Designed by Invision & Jeunes Ailes | Statistiques | Team JA | Contact
    La date/heure actuelle est Jeu 13 Déc 2018 - 1:27