Jeunes Ailes

Bienvenue sur le forum Jeunes Ailes !

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre notre forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.

Bonne visite et à bientôt.

L'équipe Jeunes Ailes

C’était un 10 Juin

avatar
F-THIE
Fanatique

Nombre de messages : 697
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/01/2005

C’était un 10 Juin Empty C’était un 10 Juin

Message  F-THIE le Sam 10 Juin 2006 - 8:56

10 Juin 1913
Marcel Brindejonc des Moulinais, alors âgé d’à peine plus de 21 ans (né le 8 Février 1892), décolle de Villacoublay, France, pour réaliser le Circuit des Capitales.
Son périple le fera passer successivement par Berlin, Varsovie, Vilnius, Dvinsk (hier Dunaburg), Pskov, Saint-Pétersbourg, Reval (aujourd’hui Tallinn), Stockholm, Copenhague, Hambourg, La Haye et Paris. Quarante six heures de vol plus tard (le 2 Juillet 1913), il posera son Morane-Saulnier C*, de série motorisé par un Gnome de 80 CV, à Paris.
Durant l’étape qui le mènera de Paris à Varsovie (la première étape du Circuit), et bien qu’ayant fait escale à Wanne, Hanovre puis Berlin, Brindejonc des Moulinais couvrira la distance en seulement 14 heures 18 minutes, soit une vitesse moyenne supérieure au 102 km/h, exploit qui lui permet d’être le dernier pilote à s’approprier la Coupe Pommery**.
À trois reprises, le 15 Juin, le 29 Juin, et le 1 Juillet, Marcel Brindejonc des Moulinais réalisera des étapes de plus de 500 km.

C’était un 10 Juin Brindejoncgagnelecircuitdescap

* = Ce même type d’appareil, également motorisé par un Gnome de 80 CV, sera utilisé, le 20 Septembre 1913, par Gustave Hamel, un pilote Britannique, pour remporter le Derby d’Hendon (la distance à parcourir est d’environ 150 km) à une vitesse moyenne de plus de 120 km/h, devançant sept autres pilotes Britanniques, Barnwell, Hawkes, Raynham, Slack, Hucks, Brock et Marty, ainsi que le Français Verrier.

C’était un 10 Juin Gustavehamel5hf

Ce type d’appareil, mais cette fois-ci motorisé avec un moteur moins puissant (60 CV) mais surtout gourmand en carburant, servira à Eugène Adrien Roland Georges Garros pour réaliser son vol de 800 km qui lui permet de traverser la Méditerranée, de Fréjus (France) à Bizerte (Tunisie), en 8 heures, le 23 Septembre 1913.

C’était un 10 Juin Garrostraverselamedterranee4ck
R. Garros au dessus de la Méditerranée

** = Le règlement de la Coupe Pommery stipule que pour l’emporter, et donc empocher les 15000 Francs qui l’accompagnent, il faut aux concurrents couvrir la plus longue distance entre le lever et le coucher du soleil, la distance parcourue étant mesurée en ligne droite.
Cette Coupe n’aura été remise qu’à six reprises.
Seul Jules Védrines l’emportera par deux fois (les deux premières éditions de la même année), en Mars 1911 pour un vol Paris Poitiers, et en Mai 1911 pour un Paris Angoulême. En Avril 1912 par René Bedel gagne la Coupe pour un vol Paris (Villacoublay) Biarritz. En Octobre 1912 c’est au tour de Pierre Daucourt pour avoir voler de Valenciennes à Biarritz. En Avril 1913 Maurice Guillaux inscrit son nom au palmarès. Et enfin Juin 1913, Brindejonc des Moulinais pour son vol qui le mène de Paris (Villacoublay) à Varsovie. Cette dernière victoire est contestée par Maurice Guillaux. En effet celui-ci prétend que la Coupe doit lui revenir pour avoir fait un vol de Biarritz à Brackel, soit 1386 km, Brindejonc des Moulinais n’ayant fait "que" 1382 km. Dans un premier temps, Guillaux se voit remporter la Coupe. Après enquête, il s’avère que Guillaux triche sur le nom de la ville (son atterrissage s’est effectué à Brotkel et non Brackel), et sera interdit de toutes participations aux futures éditions de la Coupe Pommery pour une décennie.

C’était un 10 Juin Coupepommery3oq
(Source : Les Chroniques de l’Aviation)

10 Juin 1990
Treize minutes après le décollage, le G-BJRT, un BAC One Eleven, de la British Caledonian, effectuant le vol Birmingham Malaga, est à son altitude de croisière, environ 17000 pieds, avec ses 81 passagers et 6 membres d’équipage. Soudain une explosion se produit dans le cockpit arrachant le pare-brise et aspirant Tim Lancaster, le pilote, dans le vide. Par chance, ses pieds sont restés coincé par le manche mais par là même bloque l’appareil en position de piqué. Au bout de quelques minutes, alors que Nigel Odgen, le steward, et John Heward, le chef de cabine, font l’impossible pour empêcher que le pilote disparaisse dans le ciel, Alistair Atchinson, le copilote, reprend le contrôle de l’avion, finit par le stabiliser et va le poser sans autre casse à Southampton ce qui sauvera la vie des 87 personnes présentes à bord. Mais le véritable miracle c’est la survie du pilote. En effet il est resté pendant vingt-deux minutes plaqué contre le fuselage et pourtant il ne s'en sort avec quelques fractures et engelures.
L’enquête révèlera qu’une erreur humaine fut à l'origine de l’accident : les boulons qui fixe le pare-brise et qui avait été changé la veille du vol n'étaient pas de la bonne dimension.

C’était un 10 Juin Bac111britishcaledonianairways
Ici un autre BAC 111 aux couleurs de la British Caledonian Airways
(Source : Aaib)


    © 2004-2018 Jeunes Ailes ® - Tous droits réservés | Powered by Invision © | Designed by Invision & Jeunes Ailes | Statistiques | Team JA | Contact
    La date/heure actuelle est Dim 17 Nov 2019 - 9:24